Réunion publique du 25 septembre 201525/09/2015

image membre de Wasquehal Pour Tous

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Dimanche dernier, vous m’avez placée largement en tête parmi 8 listes qui sollicitaient vos suffrages, et je vous en remercie.

C’est la suite logique de votre choix de mars 2014, quand vous m’aviez élue maire. Vous m’aviez élue alors pour 6 ans, pas pour 15 mois.

Et voilà qu’au bout de 15 mois on prétend juger d’un travail qu’on fait en 6 ans ! Comme je l'ai entendu de nombreuses fois, on n'arrête pas un train en marche !

Alors aujourd’hui comme l’an dernier, je m’engage à continuer de réparer la ville de Wasquehal.

Pas toute seule bien sûr. 34 colistiers m’entourent. Ils ont un avantage énorme, c’est qu’ils maîtrisent leurs dossiers et connaissent parfaitement les rouages de notre ville, les ayant travaillés jusqu’au 30 juin dernier, date à laquelle le Préfet a mis à notre place une délégation de 3 personnes qui gèrent uniquement les affaires courantes.

Dès Lundi , mes colistiers, ces hommes et ces femmes investis pour leur ville, retourneront en toute simplicité, sans fanfare, à leurs dossiers, avec un esprit de service et sans compter leur temps. Eux, moi, nous avons une ambition : travailler pour l’avenir et la reconstruction de notre ville.

Cette réélection, je ne l’ai pas voulue, vous ne l’avez pas voulue. C’est du gaspillage, une perte de temps, de l’agitation dont Wasquehal se serait bien passée.

Ces derniers jours, vous m’avez dit  en porte-à-porte parfois : « c’est la loi ».

Et bien ce n’est pas l’idée que je me fais de l’état de droit, de la Loi avec un grand L. La Loi elle doit être juste. Et là ce n’est clairement pas le cas. La loi punit ceux qui ont fauté, pas ceux qui se trouvaient dans les environs de la scène du délit.

Et puis on en a tous assez de faire la une des journaux à Wasquehal. Vous et moi, on aspire à la tranquillité. Pouvoir travailler pour les choses importantes, ne pas perdre notre temps avec les affaires, les calomnies, les provocations, les coups de théâtre: tout ça doit s’arrêter.

J’ai bon espoir que la sérénité soit vite retrouvée dans la ville. C’est ce que je vous souhaite du fond du cœur, et je m’engage à y travailler de toute mes forces.

Vous me dites souvent : « ah Madame Ducret, vous êtes bien courageuse ! ». Oui, du courage il en faut, et je n’en manque pas, grâce à vous, grâce à vos encouragements, justement. Je suis portée par la force que vous me donnez

Je n’en parle pas souvent, mais figurez-vous que j’ai un mari, 4 enfants et une maison à tenir... Toute jeune, après mes études, j’ai renoncé à une carrière professionnelle pour m’occuper des miens, et c’est dans le même esprit que je m’occupe de notre ville : comme une mère, comme une épouse, comme toute femme qui tient sa maison, sans autre désir que de m’occuper des autres, sans attendre beaucoup de gratification. Car vous savez, on n’a au fond pas beaucoup de reconnaissance quand on est maire. Il y a beaucoup de coups à prendre. Mais je ne m’en soucie pas!

Quand je vois les écoles bien tenues, les élèves qui apprennent de belles choses, les personnes âgées heureuses de vivre longtemps avec la meilleure santé possible, les hommes et les femmes qui partent le matin ou qui rentrent chez eux le soir, les employés municipaux qui s’activent sur les pelouses ou dans les cantines, je reçois ma récompense. La ville tourne, on règle les problèmes, on écoute les habitants, et ça me suffit. C'est ça, la vie d'un Maire heureux !

J’étais toute jeune quand j’ai vu mon papa servir sa ville comme adjoint au Maire, y passer du temps, recevoir les gens, les écouter, s’occuper d’eux ou partager leurs joies. Il a été mon modèle en politique et m’a donné envie de m’investir pour Wasquehal

Avec tous ceux qui marchent à mes côtés, parfois depuis plus de 10 ans, nous nous sommes retroussés les manches en arrivant à la mairie en mars 2014, et l’envie de terminer le travail entamé nous brûle toujours autant. Comme vous, ils veulent redresser la barre.

Alors c’est vrai : nous avons donné un coup de pied dans la fourmilière. C’est vrai que la situation était chaotique (et je pèse mes mots).

Nous savions que la situation financière était préoccupante, mais la réalité était pire que ce que nous avions imaginé.

Nous allons continuer ce que nous avons commencé. Tout remettre dans les rails de la légalité. Reboucher les fuites dans les toits des écoles et des salles municipales avec constance et application, l’une après l’autre. Désendetter la ville. Vous donner de meilleurs services avec moins d’argent, puisque pour les collectivités locales l’heure n’est plus aux dépenses somptuaires.

Notez que je ne pleurniche pas en disant ça. C’est un juste retour des choses après des années de gabegie partout en France. Je suis d’une nouvelle génération d’élus, comme le maire de Roubaix, ou celui de Tourcoing. On a vu notre pays perdre son prestige par la mauvaise gestion.

Alors on se souvient de cette leçon et on se met au travail à notre humble niveau, pour reconstruire la France d’en-bas, en commençant près de chez soi, en espérant que l’exemple sera suivi un jour par ceux qui sont en haut…

On peut me reprocher bien des choses, mais certainement pas d’avoir travaillé parfois 15 heures par jour, 7 jours sur 7 à la mairie ou dans la ville.

J’entends qu’on dit que je suis dure, autoritaire même. Que je gère cette ville avec une main de fer. Je ne le nie pas. Je vous laisse apprécier la misogynie qui se cache derrière ces reproches…

Une chose est sûre pour moi : un maire ça écoute… et ça décide. Et les centaines de Wasquehaliens reçus en rendez-vous par moi ou par mes adjoints ne vous diront pas le contraire : je suis à l’écoute, ils sont à l’écoute.

 Mais c’est normal de trancher quand on a des responsabilités. Cependant je décide seulement après avoir attentivement écouté toutes les parties, tous les avis.

Pas un jour ne s‘est écoulé sans que nous ne regardions chaque dossier avec attention pour gérer cette ville avec ambition.

Chaque euro dépensé a été justifié.

Nous ne nous sommes autorisés qu’un seul remplacement suite aux 89 départs d’agents !

C’est vrai qu’on assainit pas une situation de 37 ans d‘un coup de baguette magique

Il y a encore beaucoup à faire.

Tout comme nous avons établi un plan d’action pour rénover et isoler les bâtiments sur 5 ans, nous allons poursuivre avec un plan d’économies raisonnées dans la ville.

Alors bien sûr que je préférerais couper des rubans pour inaugurer des nouveaux équipements pour vos loisirs ou votre bien-être.

Mais je connais les priorités. Et en ce moment dans notre maison commune qu’est Wasquehal, l’heure est plutôt à chasser les cambrioleurs et à refaire le toit qu’à s’offrir un nouvel écran plat pour la coupe du monde de rugby, si vous voyez ce que je veux dire…

Pourtant nous avons de l’ambition pour notre ville, et d’ici 2020 nous inaugurerons aussi des constructions qui feront votre fierté.

A commencer par la nouvelle crèche du centre qui accueillera aussi des enfants qu’on appellera “singuliers“ et qui souffrent de troubles  autistiques. Elle remplacera celle de la rue Delerue qui accueillait nos tout-petits dans des conditions déplorables et sans agrément des services de protection maternelle et infantile.

Il y aura aussi une nouvelle salle des fêtes à la place de la salle Pierre Herman qui ne convient plus.

Et dès ce mandat vous verrez les débuts de la transformation de Wasquehal tournée vers notre rivière, vers l’eau de la Marque renouvelée, autour d’un nouveau centre ville.

Souvenez vous que je disais déjà ici même il y a quelques mois qu’on ne pouvait pas construire sur du sable mouvant

Et bien, tout ce qui était illégal, j’y ai mis fin

NON SANS MAL

Plus de 50 agents municipaux n’étaient pas à leur poste à notre arrivée.

Rassurez vous quand même : ils étaient en activité et ignoraient pour la plupart que leur situation était hors cadre légal.

Ils entrainaient des sportifs, jouaient eux-mêmes dans une de nos équipes, ou tenaient un bar, sans que cela ne soit acté ou encore moins déclaré.

Alors, oui  c‘est vrai, ça remet en cause les mauvaises habitudes dont cette ville souffrait.

Je ne l’ai pas dit souvent pour ne pas vous affoler , mais maintenant que nous sommes presque sortis d’affaire, je peux vous confier que l’an dernier en avril 2014 on est passé à « ça » de la pire catastrophe qui peut arriver à une ville : la mise sous tutelle par le Préfet.

Je vous assure que je ne souhaite à aucune ville de connaître ce genre de situation qui implique la hausse vertigineuse des impôts et des coupes sombres dans les dépenses et les subventions. Le pire est que les citoyens sont en quelque sorte privés de leurs droits civiques puisqu’ils ne peuvent plus élire leurs représentants.

Et je tiens à saluer le travail remarquable de Jean-Marie Seeuws et Philippe Noslier qui ont tout mis en œuvre pour gérer le budget et optimiser les incroyables talents et le savoir faire des agents municipaux

Car ces deux axes sont fondamentaux

Ils sont le nerf de la guerre

Grâce à ce travail de confiance avec les agents, nous avons pu avancer dans la confiance et le respect

Chacun s’est remis en cause dans sa façon de faire ou de passer une commande

Chacun s’est impliqué pour faire avancer cette ville de 20 000 hab

Et le pari a déjà été en partie gagné, mais là encore ce n’est qu’un début

Quand je suis arrivée, j’ai trouvé le personnel municipal en grand désarroi. Je me suis attachée à rendre aux agents municipaux leur fierté, et encore plus important, leur neutralité. C’est là aussi, une base nécessaire pour continuer à construire.

Car nous allons continuer, après cette parenthèse de la campagne. Continuer à vous écouter, vous servir et à décider.

Je gère Wasquehal avec la même rigueur que je le fais pour ma maison – même plus car il s’agit du bien des Wasquehaliens, pas du mien. Et je le fais avec une équipe qui est au travail, une équipe d‘hommes et de femmes qui sont impliqués pour vous, pour leur quartier, pour leur ville

Ils ne sont pas contre tel ou tel candidat, ils n’ont pas pour objectif de revenir en arrière sur ce qui a été fait, mais simplement remettre de l’ordre pour redonner à Wasquehal sa fierté, sa sérénité.

Wasquehal mérite qu’on s’occupe d‘elle.

Wasquehal mérite qu’on la rende propre, animée, et attractive.

Wasquehal mérite de la sérénité et la sécurité pour Tous.

Elle mérite de sortir des affaires de façon définitive.

Elle mérite votre confiance.

Merci

Stéphanie Ducret



Stéphanie Ducret